Prochaine réunion : Assemblée générale amicale DORIS le 25 novembre 2017
L'E.A.M.F, Il y a 50 ans les Arpets.
article posté le 05-10-2005 à 12:24:34, par Jean-Luc DELAETER

Dans le précédent reportage je vous ai annoncé une suite. Oui, comment cela se déroulait pour un torpilleur dans cette grande école. Je me trouve en Tunisie quand ma demande pour L'Ecole de Apprentis Mécaniciens de la Flotte (E.A.M.F)et en tant qu'apprenti Torpilleur parce que l'on n'y passe qu' un an est faite par mon père, gendarme. Déjà deux de mes frères sont en école militaire et moi j'en ai assez après 4 ans de pension à Bizerte, avec une période de vacances uniquement tous les 3 mois: alors que nous n'habitons qu'à 150 Km de là; mais les transports en Tunisie ce n'est pas la joie. C'est durant nos vacances en 1955; qui se déroulent chez mes grand-parents dans le Nord que l'annonce de l'admission nous parvient ainsi que la feuille de déplacement. Je prends donc le train jusque Marseille, de là un parent me conduit en scooter à la gare de Toulon, qui est le point de rendez- vous . Nous sommes le 9 Septembre. Il y a là un petit groupe de jeunes comme moi avec une petite valise. Deux matelots en belle tenue avec guêtres et ceinturon blanc et accompagnés d'un gradé nous groupent derrière un panonceau sur piquet. Mis en rang nous prenons la direction du bas de la ville, c'est vrai cela descend de la gare. Quelques-uns qui avaient certainement fait le voyage ensemble discutent doucement . Moi je ne connais personne. La ville semble belle. Nous finissons par arriver sur un quai où nous embarquons sur un bateau noir, le "Pipady" ou le "Cavalas" je ne sais plus. Après une marche arrière et un demi-tour le bateau prend la direction vers le large. Au passage on admire le Jean Bart et deux autres gros bateaux à côté ( le Suffren et l'Émile Bertin). Dans la rade on peut voir de nombreux bateaux gris. Dans le sud, une terre, Saint-Mandrier avec des bâtiments et des hangars. Le bateau noir accoste dans une petite darse très proche d'un ensemble de bâtiments imposants avec de grandes colonnes et une porte monumentale (voir le reportage précédent).


L'E.A.M.F


L'École des Apprentis Mécaniciens de la Flotte.


Sitôt débarqué sur le ponton, un gradé crie: - Y- a -t-il des torpilleurs ? Je lève le bras et je m'avance. -Pourquoi vous arrivez aujourd'hui, tout le monde est arrivé hier ? Ca commence bien . Je m'explique et exhibe ma feuille de déplacement qui mentionne 9 septembre, ce que nous sommes aujourd'hui. -Ouai! Suivez-moi. Je pars seul derrière ce gradé qui me mène dans le premier bâtiment à gauche sitôt la porte franchie. Dans une grande pièce il y a une trentaine de jeunes qui attendent attablés à un drôle mobilier. Bien vite on me désigne un caisson sur lequel il y a un hamac. Je n'y connais rien dans tout cela mais très vite j'ai de l'aide pour monter mon hamac; hé oui il est en pièces détachées, les rabans ne sont pas mis sur la toile et le matelas n'est pas enfilé dans la toile. Mon caisson se trouve entre Tetron, un Bordelais et Vieville, un gars de l'Est. Très vite les formalités d'incorporation commencent et l'on nous habille. Non pas avec une belle tenue de marin mais plutôt ce qui ressemble à une tenue de bagnard.Après recherche ce modèle de tenue était en usage lors de la première guerre mondiale. Une vareuse et un pantalon en gros tissu de couleur, gris, écru et cette tenue nous la gardons jusqu'à notre incorporation définitive. On reconnaît de suite dans la cour les derniers arrivés ou les "bleus" il y a une trentaine d'apprentis torpilleur, une centaine d'apprentis armuriers, et bien 300 apprentis mécaniciens parmi les bleus. Les torpilleurs font approximativement une année scolaire, les armuriers une année et demie et les mécaniciens 2 ans. Tous les déplacements se font en rang et au pas ;si nous savons;. Il ne faut pas s'en faire on nous apprendra. Au cours des formalités d'incorporation je fais encore exception. Je n'ai passé aucun examen ou test. Pourquoi? Où habitais -je? En Tunisie, mais il y a sur le banc derrière moi un gars qui lui aussi était au collège mais branche technique de Bizerte et lui a passé quelque chose. Deux exceptions en quelques jours pourvu que cela ne continue pas, car je vais être montré du doigt. L'admission étant définitive nous sommes habillés, mon carnet d'habillement; que je possède toujours; me dit que c'est le 27 septembre 1955 que cette opération se déroule. Certes des tenues de matelots mais avec quelques différences. Pour le travail un calot de chauffe, un calot ovale de toile gris bleu haut de 15 centimètres qu'il nous faut porter sans le plier, une pèlerine pour sortir l'hiver, et des chaussures cloutées pour la semaine. L'habillement est perçu au troisième étage du bâtiment de l'état-major et il nous faut descendre avec tout cela jusqu'à la compagnie. Pas facile. Un bonnet sur la tête, les chaussures nouées par les lacets et en sautoir autour du cou, le sac dans une main, la pèlerine sur le dos. Nous n'avons pas le temps de mettre cela dans le sac qui nous est également fourni. Il faut ensuite ranger dans le caisson, quitter nos vêtements civils qui devenaient plus qu'interdits, les mettre dans notre valise laquelle est rangée dans un local jusqu'à notre prochaine permission. C'est à ce moment-là que l'on apprécie pleinement plusieurs d'entre nous qui ont eu un parcours un peu différent. Ils viennent de l'École des Mousses et ont déjà une formation maritime, ils savent plier correctement le paquetage pour le ranger dans le caisson, car on ne fait pas cela n'importe comment, et ils ont du fil pour coudre les rubans légendés. Comme je l'explique dans mon article précédent nous mangeons et couchons dans la même pièce. Mais pour manger il faut aller chercher les repas là-haut à la cuisine et la cambuse. Cela se déroulait de la façon suivante. Le matériel : Une gamelle ronde d'environ 35 cm de diamètre et haute de 15 à 20cm, une autre gamelle haute de 35 cm environ de forme rectangulaire et cloisonnée au centre. Cela constituait le matériel de "l'homme de gamelle" qui est accompagné de "l'homme de bidon" qui, lui, a un bidon tronconique haut d'une trentaine de centimètre avec un diamètre moyen de 15 cm, à cela il y a deux assiettes en métal. Ce bidon sert aussi bien pour le vin que pour le café le matin. Il y a donc un couple par table. Les hommes de bidon et gamelle sont alignés sur les lieux d'appel des compagnies à l'heure des repas et à l'appel du clairon car tout fonctionne au clairon, et un gradé fusilier du bureau du Capitaine d'arme maistrance apprentis (CAMA) donne le signal de départ suivant un ordre aléatoire. Pour aller il n'y a pas de problème, mais le retour n'est pas toujours facile surtout pour les torpilleurs. Nous revenons souvent groupés et accompagnés du gradé de service; surtout le dimanche; car au passage près de la souillarde des anciens (mécaniciens) bien intentionnés nous piquent les gâteaux du dessert. Pendant que l'on va chercher le repas d'autres montent les tables. Ils font l'opération inverse pendant le lavage des gamelles. Là-aussi c'est dur . Il n'y a pas souvent d'eau chaude sauf s'il nous arrive d'être désignés les premiers pour se présenter à la cuisine. Nous voilà apprentis à part entière. Maintenant au boulot. Tout n'est pas terminé et en Octobre et Novembre ce sont les injections de T.A.B.D.T. Aïe! Aïe! Ce n'est pas du gâteau et rester à jeun pendant près de 2 jours, coincé dans la chambrée, on n'en garde pas un bon souvenir. L'engagement de 5 ans à la sortie de l'école est signé début janvier 1956 et les plaques avec le matricule le 10 février 1956. J'ai le numéro matricule 421 T 56. Facile à retenir. Durant le premier semestre un cas de méningite est signalé dans notre contingent. Nous sommes consignés à la chambre et ce sont nos anciens qui vont chercher nos repas et font notre vaisselle. un peu de mauvaise humeur au départ, mais comme nous entretenons de bons rapport tout se passe bien. Comment le temps passe? Toute la semaine instruction. Pour un apprenti torpilleur le principal de l'instruction est l'atelier . Pourquoi parce que les torpilleurs formés ici deviennent des torpilleurs d'atelier. Contrairement à ceux qui vont directement à l'École des armes sous-marines (sur le Suffren) en principe ils ne peuvent avoir d'affectation dans les ateliers militaires de torpilles. Tout cela on l'apprend au fil du temps. Oui la formation du torpilleur se terminait sur le Suffren Le passage d'un an à l'E.A.M.F ne donne que le brevet provisoire, il faut ensuite encore faire 6 mois pour être breveté. Donc de l'atelier quasiment tous les jours. On y apprend l'ajustage, avec des coulisses bien embêtantes, la forge avec la fabrication d'un burin et d'un bédane, le tour avec la fabrication d'un pièce de torpille, la chaudronnerie avec la mise en forme de tuyaux et des brasures de collerettes. Durent le mois de février 1956, il fait très froid. le sol est gelé,nous ne marchons plus au pas. A l'atelier nous passons plus de temps à courir pour nous réchauffer qu'à travailler. les plus heureux sont les chaudronniers et les fondeurs. Nos ateliers se trouvent les plus loin près des fondeurs et chaudronniers, en limite avec la BAN à côté. Avec l'atelier il y a des cours en salle : de l'instruction générale, français et math, du dessin industriel . Et bien sûr, la torpille, les mines et les grenades. Tout cela n'est pas toujours très facile car quelques-uns ont des diplômes, BEPC ou CAP d'ajusteur. Moi je n'ai qu'un certificat d'études obtenu en Tunisie. Le mercredi tout le matériel de gamelle est présenté en inspection. La table et les bancs sont lavés avec du sable, grattés pour être bien blancs. Les bidons et gamelles ainsi que nos couverts personnels ; une assiette,un quart, un couteau, une fourchette et une cuillère sont présentés bien alignés sur la table. Tout est mis en place le matin avant de partir en cours. Si au retour le bon ordre a été dérangé c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas et il faut aller s'en inquiéter près de l'instructeur avant que lui ne vienne. Le samedi, à tour de rôle nous devons présenter notre paquetage, tout plié au carré 25x25cm dans un ordre bien précis avec les matricules bien alignés et sur un banc en pente. La désignation pour la présentation se fait soit suivant un ordre bien précis ou lors d'une inspection de tenue par le Commandant de l'école qui a lieu pour nous tous les 15 jours je crois, enfin toujours assez souvent. C'est le capitaine d'armes qui désigne. Dans ce cas il n'y a pas beaucoup de temps pour préparer. Conclusion, tout doit toujours être prêt à être présenté. J'obtiens un Très Bien lors de l'inspection du commandant de Compagnie le 19 novembre 1955. Le Dimanche tout le monde est là, même la musique; car il y a une musique elle s'entraîne au dernier étage de notre bâtiment; près de la porte d'entrée où se trouve le mat des couleurs. C'est la cérémonie des couleurs bien particulière à la Marine Nationale où l'on se découvre et l'on salue ensuite pour la Marseillaise. Peu de temps après cette cérémonie, le clairon appelle pour la messe. Une sonnerie bien reconnaissable. Pour le lavage du linge il y a un lavoir et un séchoir. Ce séchoir se situe derrière le bâtiment de l'État-major. Il est gardé par ce que l'on appelle un factionnaire . Le dépôt est libre mais le retrait est soumis à condition. Tout le linge est immatriculé et il faut prouver que celui que l'on retire est bien sa propriété. Comment ? Mais tout simplement grâce à notre plaque d'identité que nous portons en permanence au poignet. Vous savez cette plaque ovale qu'a tout militaire et qui peut être fractionnée. Y sont inscrits le nom, le prénom, le matricule et le groupe sanguin. Malgré cela il arrive que l'on ne retrouve pas son linge surtout s'il est neuf. Les combines des anciens ont toujours existées. Mais il arrive aussi que le soir venu du linge ne soit pas retiré, il est alors ramené au CAMA par le factionnaire. C'est là qu'il faut aller le chercher le lendemain et l'on est gratifié d'une remontrance. Il y a aussi la possibilité de mettre à sécher dans les lavabos de la compagnie mais là aussi il ne faut pas arriver après l'instructeur et c'est malheureusement ce qui m'arrive. J' ai un tricot rayé qui n'est pas parfaitement sec et je ne peux le ranger dans le caisson ainsi. Je le pends dons dans les lavabos et à l'heure prévue je vais le rechercher mais j'ai quelques secondes de retard, le chef est déjà là. -Vous êtes en retard vous serez consigné! -Cela ne me fait rien je ne sors pas! Aie! Aie! qu'ai-je dit. - Ah bon cela ne vous fait rien, hé bien vous irez voir le Commandant. Et je me retrouve devant le Commandant en second (je pense) lequel me fait comprendre qu'il ne faut pas répondre à un gradé et cela me coûte deux nuits à la prison. La prison, je vous ai dit précédemment qu'il fallait y être allé pour savoir comment cela est fait, Hé bien oui j'y suis allé 2 nuits. Comment cela se passe? Le soir le clairon appelle les consignés, ceux-ci se présentent au CAMA avec leur toile de hamac, pas de matelas et vont en ordre au 3°étage du bâtiment État-major. Là-haut il y a un espace grillage avec un long bas flanc, mais pour y entrer il faut abandonner chaussures et ceinture. Le matin au réveil 2 sont chargés d'aller vider la tinette et la rincer pendant que d'autres balaient. L'on pratique du sport tous les 2 jours : l'Hébertisme.(du nom de son créateur Hébert) Qu'est-ce? Départ de la moitié de l'effectif au pas de gymnastique dans la colline ou sur la plage des galets où l'on pratique toute sorte de mouvements en se servant de ce qu'il y a sur le terrain. Sauter au-dessus des arbres morts, grimper aux branches les plus basses, faire des pompes autour du kiosque de Saint-Mandrier. Un bon décrassage avec un retour en chantant en franchissant la grille de l'École: La boulangère, Chantons pour passer le temps, La Piémontaise, Hé garçon prends la barre, fleur d'épine et d'autres encore. Mais il y a aussi le sport que l'on pratique sur le terrain situé derrière notre bâtiment . Un peu d'athlétisme certes mais aussi un supplice. Les gueuses. Un poids d'une quinzaine de kilos avec 2 poignées. Il faut prendre ce poids au sol et le lever le plus de fois possible au- dessus de sa tête. Une note est donnée en fonction du nombre de fois où le poids est levé et du temps. Cela se déroule dans une opération appelée "performances" et ce n'est pas pour moi. Pendant l'hébertisme l'autre moitié est au poste de propreté. Chacun à une charge: chambrée, lavabo, toilettes, hall, gamellerie, etc. et doit l'entretenir. Pour la chambrée cela va assez vite. Le sol est en pierre noire, de l'eau est jetée dessus, l'on frotte comme sur un pont et cette eau devenue noire s'écoule à l'extérieur à travers les murs (nous sommes au rez-de-chaussée) par des "dalots". Il y a une véritable hiérarchie bien établie et en rapport avec l'ancienneté à l'école. Lorsque l'on est bleu et de plus torpilleur, ils n'est pas permis de plier le calot de chauffe. Six mois après l'arrivée on gagne une ancienneté car des bleus viennent d'arriver; l'on passe du 4° contingent au 3° et ainsi de suite jusqu'au 1° pour les mécaniciens, les torpilleurs s'arrêtent au 3° et puis s'en vont; là une diminution de la hauteur du calot est autorisée. Et il en va ainsi tous les 6 mois. Pour les mécaniciens au 1° contingent le calot ne mesure plus que 5 cm de haut. Cette hiérarchie s'efface sur les bancs. En effet les apprentis se regroupent par région autour d'un banc et ils deviennent des "pays". Et c'est lors de petits conflits que les anciens qui sont des"pays"viennent prendre la défense des jeunes. Chaque mois l'on perçoit 16 paquets de cigarettes, 8 timbres, un morceau de savon de Marseille et une petite paye. Celui qui ne fumait pas à l'arrivée; et nous sommes nombreux; a vite fait de s'y mettre. La paye, comment la dépenser, il y a le foyer où l'on vend des sodas, une petite coopérative et les sorties en ville. C'est toujours par fraction que l'on sort soit le Samedi après-midi ou le Dimanche après-midi. Avant de sortir il y a bien sûr l'inspection des permissionnaires, mais nos instructeurs poussent le vice jusqu'à nous faire déshabiller pour vérifier que l'on porte bien le caleçon réglementaire et que nos chaussettes sont bien immatriculées. En ville nous ne pouvons que nous promener ou aller au cinéma après avoir économisé. Le ruban que nous portons sur notre bonnet nous ferme quelques portes. Il y a les cours mais il faut aussi de temps à autre assurer de nombreux services. Cela se fait à tour de rôle et vu que nous ne sommes pas nombreux la répartition se fait avec les armuriers. Ainsi il faut faire des corvées, à la cuisine, à la cambuse, au poste des officiers mariniers, à la cuisine des officiers et dans bien d'autres lieux encore. La nuit il faut monter la garde en divers points de l'École, points qui ne sont nullement importants, mais il faut bien apprendre. Ainsi sont gardées : la montée à la chapelle, l'entrée des ateliers, la montée vers la villa du commandant dans la colline, un endroit que l'on appelle "le violon" et si je ne me trompe cela se trouve près de l'armurerie et les salles de cours des maistranciers, il y en a certainement d'autres. Il n'est pas question de dormir car il y a des rondes et des règles d'identification à respecter. Au moindre bruit le factionnaire a intérêt à crier pour montrer qu'il ne dort pas. - Halte là! Qui vive ? - La ronde! -Avance au ralliement! Le mot de passe. Il ne faut pas l'oublier. Ces rondes interviennent presque à chaque changement de garde et gare à celui qui se laisse surprendre. Les instructeurs usent de ruses de sioux pour essayer de nous piéger. Deux postes sont rarement surpris si les gardes s'entendent bien. Celui de la chapelle et celui des ateliers qui sont assez proches. Le premier crie assez fort et l'autre est prévenu, mais l'instructeur parfois un peu malin va voir un autre poste et revient. Durant cette année, une sélection est faite. Il faut rechercher parmi les apprentis ceux qui pourront changer de spécialité pour être "Détecteur Sous-Marin" (DSM) une toute nouvelle spécialité. Pour cela nous subissons une série de tests, à la CEPSM.à Toulon. Il faut écouter pendant des heures des sons. Un premier "Bip" est entendu, il sert de référence et il faut dire si le suivant est plus haut ou plus bas. Autrement dit "Doppler haut" ou "Doppler bas".Les quelques premières minutes cela va mais après on est perdu. Un autre critère entre en jeu pour la sélection la culture générale. Ainsi 5 d'entre nous changerons de spécialité à la sortie de l'École. Pour les permissions c'est en train spécial que nous nous déplaçons de Toulon à Paris ou Bordeaux et la Bretagne. Après chacun se débrouille. Voilà comment s'écoule le temps dans cette grande école. En septembre 1956, c'est l'examen pour l'obtention du brevet provisoire de torpilleur d'atelier, examen réussi avec succès, mais l'épreuve d'atelier est dure . En ajustage nous avons une pièce de torpille qui porte le nom d'équerre et qui ne ressemble en rien à cet objet. Cette pièce est à faire en bronze, alors gare à la fausse manœuvre, ça casse. Mais c'est que fumer après avoir travaillé le bronze est à vous dégoûter du tabac. Je ne fais appel qu'à mes souvenirs et les faits remontent quand même à 50 ans. Il se peut qu'il y ait une petite déformation et je ne serai nullement fâché si vous rétablissez la vérité. ---- - Ici dans l'album Picasa "Pêle-mêle", une contribution de Jean GUICHETEAU sur l'E.A.M.F. 1949 - 1955.....


N'hésitez pas à répondre à cet article, laissez vos remarques, vos questions, vos anecdotes....!!!!


 
68 réactions
1. Le 21-06-2015 à 00:08:38 par Herrou :
Bertheaume en 29 Plougouvelin :
Herrou 29 Pleyber - Christ: Promo 14 Septembre 1949 . Gabier d\\\'Elite en 1952 de la 2è Section , sous le Chef de Hune de Chiron .
Loctudy : 6 mois le CER en cohabitation chez les Mousses
Dans l\\\'Aéro vers le Dodin Rochefort/ Martrou avec ses huitres le Vendredi . Ensuite :
10S St Raphael ( merci mon copin , sans toi , je partais en Indo .Loulou , tu en es revenu merci )
2. Le 01-06-2015 à 15:47:48 par Corona ezio :
je suis un ancien armurier avec le matricule :355T58 je serait heureux de rentrer en contacte avec mes camarades de cette epoque .nos instructeurs etaient,Platini, Cessou,cosmao,Guerry,barre, ect..........j\' ai fait une longue carriere, batiments,Dbfm,ou j\'ai ete citer a 19 ans.J\'ai quitté la marine en novembre 1987.Ce parcours a été les plus belles années de ma vie.a bientot
3. Le 04-01-2015 à 18:18:35 par costes gérard :
bonjour Severine.(petite fille de Roger Feuvry) J'ai connu votre grand-père de 1968 à 1969.Il dirigeait la clique et le second maître Vidal la musique.Je me débrouillais pas trop mal au clairon et il m'avait confié la charge de diriger la fanfare le dimanche,où après les couleurs et la marseillaise nous défilions dans la cour de l'école.Actuellement je suis à la retraite et je fais parti de l'harmonie Sol Bresse Music à Cuisery dans le 71.Mon Mat: 0568 6480 à bientôt peut-être
4. Le 02-01-2015 à 00:17:13 par Desroque :
Matricule 79T56 arpet de sept 55 a fevrier 58 (2c) je recherche ceux qui
Ont fait ce parcours
5. Le 02-01-2015 à 00:14:34 par Desroque :
Matricule 79T56 arpet de sept 55 a fevrier 58 (2c) je recherche ceux qui
Ont fait ce parcours
6. Le 11-07-2014 à 20:32:23 par BILLON :
Bonsoir,
Ancien Fusilier Marin, je suis le fils d'un ancien apprenti-mécanicien ayant fait "l'Ecole du crime" à Saint-Mandrier, Toulon.
Mon père est décédé en 2008, je suis dépositaire de son histoire et je me pose toujours cette question :
MAIS OU SONT LES ANCIENS MARINS D'INDOCHINE ?
Généalogiste amateur, j'ai cherché sur le NET des éléments de son parcours ... mais peu d'informations.
Il y a probablement des marins ayant connus cette époque encore vivants.
Contactez-moi si vous y étiez (gilles.billon@live.fr)
Je possède des documents, probablement inédits (photos : Indo, Baie d'Along, Hawaï, Hollywood, Mexique, St-Francisco...).
Mon père Gabriel BILLON est entré aux arpètes le 25-09-1950 (matricule 4812 T 51).
Si vous avez été affecté à " Marine Indochine " ou sur le chaland de débarquement " LSM 9014 " ou si vous êtes arrivé en Indochine entre janvier et juin 1954, contactez-moi.

Voici les affectations successives de mon père :
- EAMF du 25-09-1950 au 03-10-1951 ;
- "Le Lorrain" du 15-10-1951 au 28-06-1952 ;
- "Chasseur 713" (juin 1952-septembre 1953) ;
- "LSM 9014" du 19-01-1954 au 21-06-1955 ;
- "La Gracieuse" du 21-06-1955 au 11-08-1955 ;
- "La Capricieuse" du 11-08-1955 au 11-09-1955 ;
- "Le Chéliff " du 11-09-1955 au 11-11-1955 ;
- "DO Alençon" du 21-03-1956 au 03-10-1956.

Les marins ayant eu les mêmes affectations ou tous ceux qui ont connu Gabriel BILLON sont invités à prendre contact.
Cordialement.
7. Le 03-04-2014 à 18:06:22 par Meschino :
Super José, tout est vrai et parfaitement décrit , j'étais aux arpètes de 1951 a 1953
4A, 2A, CPM, Maistrance Machine , je vois que rien n'avait changé à cette époque , par contre j'y suis retourne comme instructeur en 1965, plus rien a voir avec notre époque , et c'était quand même plus agréable pour les jeunes qui se rendaient pas compte de leur confort
Grand Salut à toi d'un ancien mécanicien
Jean
8. Le 29-09-2013 à 11:05:59 par le vézu :
bonjour
je suis a la recherche d'ancien marin qui aurait peut étre connu mon père officier marinier de 64 a68 au gem de toulon puis ensuite a la ban de st mandrier cordialement
9. Le 25-06-2013 à 20:26:11 par Rouzeau :
Merci a tous pour cet émouvant rappel de notre jeunesse. J.ai été à loctudy en 55/56, puis à l'eamf de 56/58. Enfin, j'y suis retourné en 63/66 comme instructeur.



10. Le 03-01-2013 à 22:17:35 par RICHARD 733T61(sept) :
8 timbres, 1500 francs anciens bien entendu et la décade de cigarettes que je revendais à l'unité en fin de chaque mois.
Je crois que étions les derniers durs dans notre façon de vivre; Les jeunes d'aujourd'hui auraient bien du mal à survivre à la bouffe, au lavoir et à la vie en commun.
J'y suis aussi rentré à 15ans et demi, 1m61 et 41 kgs, j'ai bien changé depuis. Ce qui m'a beaucoup aidé est que je sortais déjà d'une pension de la marine marchande de Marseille (école courbet, que certains ont fait aussi)
Merci pour toutes les anecdotes.
11. Le 19-10-2012 à 17:42:53 par guedon :
qui pourrait me dire ce qu'est devenu le second maître de l'époque GUILLERM qui était le secrétaire en chef du bureau de compagnie 3A 2A 1A dans les années 58 59
merci
12. Le 21-01-2011 à 12:41:44 par Séverine :
Bonjour
Je suis la petite fille de Roger Feuvry qui dirigea la fanfare des apprentis mécaniciens de St Mandrier (Var), étant moi-même musicienne (amatrice) nous avons été amené à parler de son passé. Je sais que cela lui tiendrait à coeur d'avoir quelques bons souvenirs, des nouvelles d'anciens comme lui, et notament il recherche un enregistrement de l'émission "les musiciens du soirs" pour laquelle il avait participé en hiver 1974. Merci pour tout ce que vous pourrez m'apporter.
13. Le 03-08-2009 à 16:44:11 par JP DRECOURT :
Bonjour JEAN LOUIS,
Nous étions dans la même compagnie.Oui de beaux souvenirs, amicalement JP DRECOURT.
14. Le 23-05-2009 à 17:06:14 par Claude Chauvel :
Bonjour

Je lis votre article avec beaucoup de retard et d'intéret,je fais partie de la promotion des brevetés mécaniciens sortants de l'EAMF en février 1955,éffectivement je me rappelle bien de notre Commandant Minot c'est lui qui m'a remis mon brevet de mécanicien et d'atelier et mon affectation sur le T.A DIXMUDE.
Il passait souvent dans les ateliers et les salles de cours avec toujours un petit mot d'encouragement pour chacun,nous disions d'ailleurs souvent qu'il valait mieux avoir affaire à Dieu qu'a ses Saints,mais hiérarchie oblige !!
Je suis intérressé par cette coupure de journal qui représente pour moi un passage important de ma vie. Bien à vous . Claude Chauvel
15. Le 02-05-2009 à 15:09:13 par Courageaux anonyme :
Rodriguez,

Il me serait agréable d'avoir de tes nouvelles. Il me revient en mémoire t'avoir revu à Toulouse où tu travaillais (il me semble pour la maison Bréguet) tu n'étais plus dans la marine.
Je me rendais à Toulouse environ 2 fois par mois pour la mise au point du Radar Doppler de l'ALTL 1 (atlantic). J'étais alors affecté à Nîmes garons. J'étais Maître Principal électronicien d'aéro. J'aimerais parlé avec toi de ces année d'apprenti armurier.
Si d'autres amis qui ont vécu ces moments me reconnaissent, je serais heureux d'échanger sur nos devenir.

Jacques Novier armurier avec comme matricule 348 T 59
16. Le 13-03-2009 à 19:24:34 par michel tessier :
en llisant le commntaires du début,il est certain que je me retrouve 55ans en arriere!
matricule 572t56 arrivée mars 56 sortie juillet 57 4a 2c 1a
à noter dans les moeurs de l'époque : la ceinture sur le pont pour les anciens!
la st éloi (sale temps pour le 4ieme contingent!) c'était le bon temps!
j'ai fait 5 ans et deux embarquements : dragueur ouistreham croiseur de grasse
que des bons souvenirs!!
salut à tous
17. Le 06-02-2009 à 15:17:20 par Sartori gilbert :
Avril 1946 : Mle :8661C46.Bravo ,j'ai connu les mêmes joies et votre récit pourrait être le mien .Merci d'avoir raviver ces souvenirs .
18. Le 14-01-2009 à 17:50:12 par bury :
Les douches à 60?Moi j'ai connu les douches à 120 mécanos plus 25 armuriers dont j'étais.

Nous étions 3 ou 4 sous une pomme de douche.Mouillez-vous!Savonnez-vous!Et rincez-vous!Et l'enfoiré de permanent ouvrait et fermait l'arrivée d'eau!!!
Tout le monde gueulait et nous finissions encore plein de savon dans les yeux par 1 heure
de marche en canard autour du stade,et rejoignons nos banettes plein de sueur!!!!

BURY ex arpette armur matricule O564..463.

Salutations.


19. Le 14-01-2009 à 17:31:19 par bury :
Moi aussi j'ai connu le SM AUBERT j'étais clarinettiste,mais il y avait aussi un Maitre clairon

coiffeur qui en imposait, un noir du nom de CAPOUL,c'était en 1963.

BURY LYLIAN matricule 0564..463 ex apprenti armurier.

Salutations
20. Le 14-12-2008 à 12:19:41 par Tanguy :
{{Salut l'ancien ...nous y étions ensemble , je ne te connais pas mais on a du se rencontrer , c'est vrai qu'avec "la torpille" et même "l'armure" on n'avait pas beaucoup de contacts (sauf sur les bancs ..tu te souviens)...: matricule {{7021 T57...}}Septembre 1957 // juillet 58 mais comme Meccano en 4B puis 2C puis Aero à Rochefort ...et comme j'etais parfaitement au fait du metier de meccano sortant du lycée : on m'a balancé comme forgeron ( sic ) à l'époque je faisais peut-être 50 kgs pour 1, 65m (une bête)...!... c'est dire si j'y ai de bons souvenirs . Saint Eloi : piquet d'honneur dans la cour principale .. par un froid polaire ... Peloton ( marche en canard ) à la chapelle ... sorties en rang à la grève des Galets ..ecole de chants avec Mr SUCINIO etc..etc
Quoi qu'il en soit , 50 ans aprés , j'ai envie de revoir mon école ...pourtant j'avais juré de ne plus y remettre les pieds !
J'ai continué ma carrière jusqu'au début 74 , dans l'aéro , PM elaer ...puis pétrole ...et retraite depuis 11ans ...} }
21. Le 10-11-2008 à 18:48:24 par Courageaux anonyme :
Mon Cher Rodriguez,

J'aimerais avoir de tes nouvelles. Si tu peux me répondre, j'en serais heureux.
Amitiés. Jacques novier

jm.novier@orange.fr
22. Le 29-10-2008 à 18:41:37 par Novier :
José VASSEUR,

Merci pour ce bel article très vivant. Les précisions apportées font remonter en moi des souvenirs et de belles images.
Malgré nos difficultés, il me semble que nous nous contentions de peu. D'une certaine façon, je pense que nous étions heureux!

La chance et la Marine nationale m'a permis de devenir éléctronicien d'aéro-navale.

Jacques Novier ( 348 T 59 amurier)
23. Le 13-10-2008 à 17:50:56 par GUICHETEAU JEAN 0563 12189 :
Bonjour,
Je ne suis pas passé par l'E.A.M.F, mais j'ai retrouvé au décès de mon père des photos concernant votre école et un de ses commandant : Jean MINOT, qui était son cousin.

Ces photos sont de 1949 ainsi qu'une coupure de journal de la remise des prix du 17 février 1955.

Si vous cela vous interesse, je peux vous les transmettre.

Je n'ai fais que mon service dans la marine, après Hourtin Juillet Août 1963, Rochefort (caserne Martroux comme élève ARMAE) j'ai terminé mon service à Aspretto fin octobre 1964.

Vous pouvez me joindre au 02.38.31.38.05 jean.guicheteau@laposte.net
24. Le 09-10-2008 à 05:54:31 par Jacques VASSEUR retraité au Havre :
bonjour josé VASSEUR bravo et merci de ce livre de souvenirs
Je suis un VASSEUR moi aussi (jacques) entré aux arpets mécanicien le 03/04/1950
matricule 1784 C 50
Tout ton descriptif est exact et nous fait revivre ces années de jeunesse j'ai déja eu l'occasion
de dire sur un autre site que nous en avons certes quelque fois ''bavé'' surtout moralement
mais je ne connais aucun de nous qui regrette d'être passé par cette école
meilleur souvenir à tous


25. Le 17-09-2008 à 23:05:35 par MOALLIC jean francois :
Nous etions en meme temps aux Arpettes j'ai le matricule 415 T 59 j'ai fais la 4B puis la 2C et ensuite l'Aero .Je ne me souviens pas de ton nom mais je pense que ton visage ne me serai pas inconnu ,j'avais 15 ans et demi en mars 59.Les souvenirs que tu evoques sont je pense gravés pour toujours dans notre tete. Amitiés
26. Le 11-09-2008 à 15:56:48 par DRECOURT Jean Pierre :
Bonjour,
Je crois me souvenir que nous étions ensemble en 2 A. Tu doit etre de Toulon ou les environs ?....
27. Le 06-09-2008 à 07:46:41 par Yves Saint-Far :
bonjour a tous. Yves Saint-Far 403 T 59 apprentis mécnicien de mars 59 a fevrier 61. parmis mes souvenirs, l'arrivée a toulon, la descente de la gare, l'embarquement au fond d'une chaloupe, l'arrivée dans cette cour immence, on nous a mis par plat 8 les tenues de grosse toile blanche les gamelles et les bidons les tables et les bancs démontables les hamacs, les chaussures a clous qui facillitaient la descente des escaliers, les heures de peloton,et les quelques nuits passée dans le grenier de l'etat major, les prises d'armes le Dimanche matin. J'aimerais avoir des nouvelles de Renaud Stevenin ainsi que ceux qui pourraient se souvenir de moi
yvlyne@dbmail.com.
28. Le 13-08-2008 à 11:54:22 par Yves Béziers la Fosse :
Bonjour, j'étais egalement Arpette armurier en 62 (09/61 a 03/63) je m'appelle Yves Beziers la Fosse, je venais du Maroc.
J'ai ensuite été aux cours d'armurier Aero à Rochefort.
Effectivement dans la description de José il manquait les baignades dans l'eau souvent gelée avec les caleçons en laine qui une fois mouillés pendait entre les jambes et aussi, les nombreux tours de "Pelotons" en temps que punition.
Si tu as qq photos de l'époque ???
trencavel@menara.ma
29. Le 01-08-2008 à 17:03:20 par Courageaux anonyme :
BONJOUR ah les arpettes je suis plus jeune matricule 65 7117spe mecano ajusteur Cie 4B etc ..etc A TOULON le pipady le cavalas et on longait le JEAN BART QUI LUI MEME ETAIT EN COUPLE AVEC LE MONTCALM ET L'OCEAN arrive a st mandrier un ex porte -avion le DIXMUDE les arpettes , avec les sakos de vieux commandos qui attendaient la retraite, les adjudants de cie les instructeurs toujours devoués et aussi quelques vieux cons un peux poivrot.qui se faisaient saquer par le capitaine de cie. Pour ma part les arpettes Ce fuT une ecole de la vie.Et la musique que je pratique toujours mes chefs les seconds m de 1ére Aubert et Feuvry . je n'oublie pas le cipal mecano Patinec avec son impressionnant placard . et le cipal des cuisines Nicolas le seul a arborer la croix de lorraine et pour cause avec Muselier a STPIERRE ET MIQUELON .
30. Le 25-06-2008 à 18:48:09 par henri lecuyer :
bonjour

je me présente henri lécuyer : 7049T55 maistrance machines 56/57( 1 an aprés toi) je travaille sur un annuaire des diplomés de maistrance machines de 1923 à 1988 . je suis pauvre en renseignement sur ta promo malgré qu'elle précède juste la mienne. ,Je te serai reconnaissant de bien vouloir me communiquer ton e mail personnel car j'ai des documents à te transmettre (écrits sous excel)pour expliquer ce que je fais; Voici le mien : alexis-lecuyer@wanadoo.fr et mon tel : 04 75 63 22 69
au plaisir de te lire
cordialement
henri
31. Le 13-06-2008 à 15:06:01 par Courageaux anonyme :
Bonjour.
Description fidèle. Il n'y a pas grand chose d'oublié. Peut-être un peu de formations maritime et militaire, et les baignades pendant l'hébertisme. Bravo.
Un armurier arpette 62.
32. Le 03-05-2008 à 12:49:58 par Fraselle jean-claude :
Bonjour,
Tu es mon ancien,nous avons effectué le même parcours à 6 mois d' intervalle,l'hiver 56
je l'ai vécu à Loctudy,le lac était gelé et dans les barraques il y un bon feu entretenu toute la nuit.
Nous avons fait partie de la dernière section des torpilleurs,avec toi(je n'ai pas trop la mémoire
des noms)je crois qu'il y avait mon pot Rama avec qui j'ai embarqué sur le SM Millé.J'ai suivi ta
carrière de loin mais je sais que tu étais un pilier des ASM;j'espère que tu vas bien et meilleurs
souvenirs du bon vieux temps.
33. Le 02-05-2008 à 18:36:27 par Fraselle jean-claude :
Quel bel apprentissage de la vie en communauté,on s'y croirait 50 ans après.Apprenti torpilleur
Mle 7123T57 j'ai fait partie de la dernière fournée des torpilleurs,j'arrivais de Loctudy(pupilles)
et je retrouve toute l'ambiance dans votre article,c'est là qu'on a appris à fumer quand les
anciens ne nous les piquaient pas au lavoir!Il faisait bon se mettre sous la protection de nos
bleds autour des bancs.Pour les sorties on changeait la bande du "bâchis"pour fréquenter
les quartiers "chauds"(Miquette!!) j'ai aussi fréquenté la taule(8 nuits)avec la planche en pente
on passait la nuit à se remonter(la forme pour tirer sur la lime)nous n'avons pas eu le plaisir
d'avoir des "bleus",on atoujours "morflé" avec les descentes d'anciens à la lance à incendie!!
mais que de bons souvenirs me sont revenus quand j'y suis retourné avec mon pot Dédé
Badani(dit le corse) lors des journées du patrimoine il y a quelques années.
Salut à tous connus ou inconnus qui ont arpenté cette école (injustement appelé du crime)


34. Le 22-04-2008 à 19:01:13 par Yves Béziers la fosse :
Bonjour
J'ai un peu la même histoire avec quelques années de moins puisque incorporé le 01/09/61 a tout juste 15 ans et 6 mois et héritant du matricule 96 T 62
Etant du maroc je suis également arrivé avec 8 jours de retard, en bateau de Casablanca.
Mêmes réflexions des gradés, même réponse de ma part, et même sanction.
Pour eux les pieds noirs etaient des extraterrestres.
Autrement rien n'avait changé si ce n'est que personne ne parle des fameux tours de pelotons autour du stade et dans les escaliers de la chapelle
, sanction suprème....Pour ma part j'en ai fait 48 en 18 mois.
En tous cas bravo pour l'auteur de ce site et merci pour les souvenirs.
Yves Béziers la Fosse. CASABLANCA
35. Le 01-03-2008 à 23:55:31 par Courageaux anonyme :
Paul ARNAUD 56 T 54
Arrivé à l'EAMF 09/09/53 : 4A,2A,CPM,Maistrance II et I puis embarqué sur le Vauquelin le 03/01/57 prét pour l'aventure.

Bravo à José VASSEUR pour son descriptif de l'école,surtout n'y ayant passé qu'un an. Il manque les douches hebdomadaires par bordées de 6O avec le permanent à la distribution qui nous envoyait de l'eau t froide ou t chaude et aussi le tir à la corde : éliminatoire entre compagnies puis la finale le jour de la St Eloi.

Ne pas oublier les sorties à "chicago" et les expéditions rue des Remparts ( la télé ne nous prévenant pas des risques)

Cett école, avec sa formation m'a endurci, m'a apris à me débrouller et ainsi j'ai su ,avec les autres, faire tourner les hélices de tous les bateaux sur lesquels j'ai embarqué , les bouilleurs les frigos vivres et air etc et une reconvertion dans le civil les doigts dans le nez.

J'ai le carnet de photos de toutes les cies de 1954. Salut à tous
arnaud.paul09@orange.fr

36. Le 13-02-2008 à 21:52:59 par Courageaux anonyme :
je suis arivé en mars 1955 comme mécanicien,vous d&crivez trés exactement la manière dont nous vivions : une remarque CAMA signifiatCapitaine d'Arme Maistrance Apprentis
37. Le 07-02-2008 à 09:54:27 par poirier :
J R POIRIER
Je voulais surement ecrire ancrer. Vous aurez corrige bien sur!
38. Le 05-02-2008 à 16:32:19 par J R POIRIER :
548 T 59, Jean Robert Poirier. L'année prochaine sera l'année du cinquantenaire j'irai surement faire un pelerinage, revoir cette école qui nous a formés à des métiers que nous n'avons peut être jamais pratiqués
En un peu plus de 6ans je n'ai jamais navigué Sauf Pipady et Cavalas et une journée à bord de la Moqueuse ,qui est allée s'encrer pas trés loin de Toulon. Mais trop de malades (mal de mer)
m'ont degouté des bateaux
Amitiés à Tous ceux qui m'ont connu
39. Le 02-02-2008 à 18:28:58 par RODRIGUEZ :
Mon matricule 356T59. Que de souvenirs retracés. Pour moi peleton sur le stade et la montée des marches de la chapelle en canard sont de sacrés souvenirs. Les inspections"sanitaires" avant la sortie de la fin de semaine aussi. Aujourd'hui on en sourit....
Bravo a ce site qui peu permettre des retrouvailles...

40. Le 23-01-2008 à 14:09:13 par Courageaux anonyme :
Nostalgie quand tu nous tiens ! !
Un suite pour compléter le témoignage que tu as consulté sur ce forum.

http://anciens-cols-bleus.net/portal.forum

Avertissement: il faut de la disponibilité pour tout consulter. Les témoignages débarques au jour le jour.

Emotions garanties
Amicalement




41. Le 29-12-2007 à 12:13:42 par Denis Lascaux :
Bonjour
je suis Denis Lascaux matricule 275T59
nous sommes pas loin l'un de l'autre
donne moi ton mail je t'envoi des photos
j'ai fait 4C et 2C et ensuite Rochefort Martrou
ensuite les hélicos
cordialement
Denis
42. Le 27-12-2007 à 11:47:06 par denis Lascaux :
Bonjour
Denis Lascaux 275T59 j'ai fait 1 an aussi 4C et 2C et ensuite Rochefort Martrou
on a du se connaitre en 2C
mon mail denis.lascaux@free.fr
amitiées
43. Le 12-12-2007 à 10:17:31 par guedon 055800374 :
votre article décrit très bien la vie des apprentis mécaniciens a cette époque , une grande nostalgie m'envahit a la lecture de cet article , de nos jours combien de jeunes arriveraient à vivre avec cette discipline très dure il faut quand même le dire , je n'ai jamais revu des anciens de 1958 4A 3A 2A ni même entendu parler dommage aussi je fais appel grace a ce site la possibilité de raviver la flamme du souvenir avant qu'il ne soit trop tard pour certains hélas ça l'est déjà ! J'ai quand même revu le capitaine de compagnie IM1 bonnal je jui ai rendu visite il était heureux de revoir un de ses anciens apprentis
44. Le 02-12-2007 à 15:16:50 par Courageaux anonyme :
un grand merci pour ton article qui rappelle beaucoup de souvenirs je suis Francis MARCHASSON 7066 T 57 rentre aux arpets en sept 56 spécialité chaudronnier
Puis Rochefort comme mécanicien aero et affecte a Dugny
lorsque l on fais lire ton récif aux enfants et amis ils ont bien du mal a nous croire surtout quand on leur explique que l on n hésitez pas a décharger qui arrivais de l arsenal pour avoir un casse croûte
Enfin quelle belle école de la vie
45. Le 20-11-2007 à 08:38:03 par Courageaux anonyme :
Merci, grand merci, pour ce retour sur cette période qui nous a formée.

Je suis René Surply, mécano, 7083 T 57, banc des "bleds" la Champagne, 4C, 2C, CPM, Maistrance, du 12/09/57 au 31/12/60. Durant cette période, les grandes transformations: les hamacs sont remplacé par les banettes, puis plus de gamelles ni de bibons, une superbe cafétéria est mise en service, au dessus des souillardes, qui sont donc suprimées, le lavoir reste en service.

{Recette pour faire le mur:} la veille avec un lance pierre casser l'ampoule du réverbert extérieur nord-ouest à l'angle du mur d'enceinte de l'école, le lendemain à la nuit tombée, traverser le séchoir de maistrance puis franchir le mur, contourner le "Château Vert", puis direction le petit bal du "Bar de la Marine".

{Confirmation:} le Pipady en Sce l'été, et le Cavalas en Sce l'hivers.

46. Le 07-11-2007 à 17:20:16 par ROGER :
J'ai aussi été incorporé à la même date : matricule 468T56.J'ai fais la 4C et la 2C (je travaillais bien !), j'étais chaudronnier (sorti 1er de tous les atteliers,avec ma pièce de BP,note:18,10) en septembre 1956 j'ai rejoint Rochefort pour être mécanicien d'avion.En 1959 j'ai été affecté de nouveau à Saint Mandrier à la BAN sur les hydravions "sunderland" la fin de la 12S.Je suis resté 6 mois
Pour en revenir à l'école, il y a aussi la garde à "l'aubette". Les corvées de charbon qu'un chaland amenait dans la darse et qu'il fallait vider avec des couffins.Les sorties d'avirons dans les balainières et les gros canots.Les poubelles qu'on allaient vider à la mer, au bout de la darse à coté de la base et on allaient nettoyer les bancs et les tables de l'autre côté de la darse, à l'eau de mer! Mais mon linge je ne le lavais pas car mon père était chauffeur et gardien de la buanderie militaire à droite en sortant de l'école.
j'ai une photo de la St Eloie (les torpilleurs)

47. Le 01-11-2007 à 17:25:09 par Alain Erdody :
Et le savon de Marseille, et le cirage noir pour les pompes!!Il n'y a que des vieux sur ce site! je me fais l'impression d'etre un jeuneot avec mon matricule 64 15001. Pipady, Cavalas! ah la rigolade!, les pistes a chicago du haut de nos 16 ans. Quand on y pense....Qui dit que les vieux ne comprennent rien?
L'histoire racontee n'est pas differente des jeunes annees 60 a part les hamacs qui avaient fait place a des lits, dans des chambrees emboucanees, souvenirs...souvenirs...Les torpilleurs avaient aussi disparus, ont les a metamorphose en "Missiliers"
Salut et bon vent
48. Le 11-09-2007 à 21:48:55 par Jean François MOALLIC :
j'ai passé un an à l'EAMF .J'ai le matricule 415 T 59,j'ai fait la 4B et la 2C j'ai ensuite fait ROCHEFORT.Cette période est l'une des plus marquante de ma vie de marin et c'est avec fièreté que j'en parle dès que j'en ai l'occasion.Je me souviens d'avoir monté la garde en plus des endroits déjas cités : à la souillarde,et à la morgue je crois que c'était près du réfectoire mais je n'en suis pas certain.Je me souviens aussi des trajets en train spécial (au moins certains wagons) je suis Breton il nous fallait 24 heures de train pour rejoindre TOULON.Merci de m'avoir fait revivre cette époque.
49. Le 01-09-2007 à 17:08:21 par Claude Chauvel :
Bravo pour ce récit,j'ai tout retrouvé mais j'ajoute un point que tu as oublié les joutes en canots et baleinieres inter- compagnies entre Tamaris avec l'épave de la " Galissoniére " et la B.A.N.Nous terminions avec des biceps de catcheur.Il y avait aussi la St Eloi début décembre que nous préparions pendant des jours.
Je m'appelle Claude Chauvel matricule 117 T 54 - 4em A-2em A et 1re A .Rentré à l'école en Sept 53 sorti breveté mécancien en Fév 55.
Embarquements: T. A " Dixmude" et sous-marin "SULTANE" 5 ans de service à la mer.
Ensuite la vie civile déçu par l'avencement qui malgré brevets et certificat,n'était pas au rendez-vous.Mais surtout pas déçu de la Marine.
Merci encore pour cette tranche de vie qui a forgé tant de marins.Au poste de plongée l'ami.
C.Chauvel
50. Le 16-07-2007 à 21:40:45 par marti :
si vous avez fait l'indo sur le trident vous pourriez peut-être me donner d'autres renseignements sur votre vie à bord, escales, etc, mon père y était et je cherche à reconstituer toute cette partie de sa vie



51. Le 04-07-2007 à 22:45:07 par Courageaux anonyme :
Le Pipady c'est sûr; en 67 il y était encore.Après ce fut la Mélusine.


52. Le 07-05-2007 à 07:24:56 par Courageaux anonyme :
bonjour,
auriez vous connu papa : jean pierre le ninan officier mecanicien à bord du commandant de pimodan du 11 12 1955 au 1 9 1956 puis du 11 05 1957 au 01 10 1957. il etait originaire de carnac dans le morbihan.
il etait entre à E A M F EN SEPTEMBRE 1950 et s etait engagé pour l indochine en octobre 1952.
je ne connais rien de sa vie et de cetteperiode car il est mort à 55 ans. c est gràce à son livret militaire que je fais quelques recherches. et je suis tres tres emue en lisant ce qu était à l epoque là vie d une jeune de 16 ans. et quand j ai lu que vous étiez aussi sur le commandant de pimodan j ai fondu en larmes. auriez vous des photos ou des choses à me raconter sur cette pérode. je vous en serai extèment reconnaissante, car papa était non seulement souvent absent par son travail de marin mais également tres reservé. merci.
catherine le ninan 7 rue henri conan 56400 auray france
catleninan@tele2.fr
53. Le 26-03-2007 à 14:10:27 par Courageaux anonyme :
Pipady ou cavalas ?

Autant que je me souvienne, l' un était prévu pour l'été, l'autre pour l'hiver, le Cavalas pour l'hiver je crois.
54. Le 03-03-2007 à 17:21:33 par Courageaux anonyme :
j'étais moi aussi à l'eamf je m'apelle CHRISTIAN BRUNELLE comme apprentis mécanicien matricule 6581T52 mes meilleurs copains étaient CROLBOIS et GALVANICO sont ils encore vivants ,je me retrouve bien dans le contre ren du de l 'école à l"epoque . nous soomes le 03 mars 2007. chr-hen@aliceadsl.fr

55. Le 18-12-2006 à 17:00:12 par B. COURT :
bernard court mat 158t53. apres rochefort ce fut l'indo catlai et tan son hut. j'ai terminé sur dakar-bel air et port etienne. mais c'est surtout lire les souvenirs de josé vasseur qui m'ont amusé et rajeuni. salut à tous. gardons nos souvenirs et restons jeunes (dans nos têtes, memes si nos prostates nous em.....!)
56. Le 08-11-2006 à 10:24:54 par Daniel COULIER :
Très beau récit de cette vie d'arpets ,armuriers , torpilleurs et mécaniciens que j'étais il y a 57 ans .J'ai trois anecdotes: La boule à ras pour les arpets un peu plus durs que ceux qui étaient consignés après l'appel du soir .Ayant comme "résidence secondaires "les geôles situées dans le bâtiment de l'Etat-major , autre punition , la pelote sur le stade après le repas du midi sous l'oeil attentif d'un moniteur saco intraitable pour faire face à cette dernière il était préférable de ne pas manger pour ne pas perdre ses tripes sans quoi rebelotte avec en prime 1/2 heure de plus et pour finir l'homme de gamelle ainsi que celui du bidon avaient lors de la distribution de la "Bouffe" la priorité de ce servir en premier ,comme nous étions 8 à table le dernier n'avait rien dans sa gamelle .Lorsque c'était son tour il faisait de même .C'était la loi du talion


57. Le 23-09-2006 à 11:12:27 par Courageaux anonyme :
DUFFAU Etienne matricule 214 T 53
J'ai fat exactement le meme parcours que toi
Incorporation 09/09/52
Compagnies 4A,2C
Rochefort Martrou 53/54
12 F
BPAN HYERES
Libéré en 09/58
Adresse
28 rue Adam de Craponne
13189 gignac la nerthe




58. Le 14-08-2006 à 06:58:11 par José VASSEUR :
Allo, Allo, y-a-t-il quelqu'un sur la ligne de Monsieur DERSIN.
Quelqu'un cherche à le joindre et il ne répond pas . Qu'il contacte: jose.vasseur@cegetel.net
A bientôt.

59. Le 02-08-2006 à 18:13:23 par Jacky LEHMANN :
matricule 516t59 on a du se croiser alors !
A l'époque j'étais sur le banc de la Lorraine ..Tu te rappelles que l'on se regroupait sur le banc de sa région dans la cour de l'école ?

60. Le 11-05-2006 à 18:44:18 par ovsianniko :
sans oublier les 16 paquets de troupe
61. Le 18-04-2006 à 16:30:35 par René DAUX :
C'est fou ! J'ai fait les arpètes (3ème Cie Torpilleurs) Batiment Laubie de septembre 48 au 10 août 49 date de la signature de l'EV 5 ans. Matricule 73 C 49
J'ai moi-même écrit mes mémoires et j'ai cru me relire dans ce texte.
En 6 ou 7 ans rien ou presque n'avait changé.

Mon choix de torpilleurs est de même nature : 1 an d'école seulement. Ce que je ne savait pas ... c'est qu'ensuite, il restait à faire, sur le Suffren, 8 mois de technologie torpilles, mines et grenades en plus des l'école de détection sous-marine (nous étions les pionniers) avec travaux pratiques sur La Découverte et la Dague.

Ensuite ce fût : embarquement sur La Découverte - Croix de Lorraine - l'Indo sur le Trident, puis Brest sur les PC Carabinier et Grenadier et retour à la vie civile, avec une tentative de trouver fortune au Canada.

Si José Vasseur est intéressé, je peux lui adresser copie de la partie de mes Mémoires consacrée à Saint-Mandrier. Il pourra comparer
nos deux visions d'une même expérience.



62. Le 12-04-2006 à 21:48:24 par JEAN PIERRE DRECOURT :
JP.DRECOURT matricule 248 T 59 , je retrouve mes 16 ans avec exactitude. Que de bons et beaux souvenirs!!!!! la ST ELOI T'en souviens tu ?.... je n'oublierai jamais ces 18 mois . j'y pense souvent et si c'etait a refaire je n'hésiterai pas. A bientot de revenir sur ces souvenirs.

63. Le 29-03-2006 à 19:07:45 par Hersin Jean Marie :
c est avec beaucoup d' emotion que j ai lu et relu votre exposé et vous ciblez pile poil dans la verité mais pour notre generation tout semblait dans la normale moi j y etait de 1952 a 1953 . Jai eu de la chance par rapport a certain .J' etais musicien (trombonne a coulisse) le seul donc un peu cajolé
ensuite j ai fait l'aero a Rochefort comme electricien d 'equipement
3 ans a Agadir
1 an a St mandrier sur les hydravions
liberation en 1958
je serais tres heureux de retrouver un ami de ctte incorporation
a l' epoque j 'etais grand (je le suis encore)
merci par avance
64. Le 19-01-2006 à 21:39:53 par CARDINAL, Alain :
bravo pour la mémoire, c'est exactement ça. Nous nous sommes connus, car venant de l'école des pupilles de la marine, je suis arrivé aux "torpilleurs" en février 1956. Effectivement, il ne faisait pas chaud et je me souviens de la neige lors du trajet Marseille - Toulon. A l'issue du cours de BE je suis parti au Maroc sur un PC. Ensuite, après un bref passage à Brest sur le "DU CHAYLA" je suis parti en DBFM. Retour 20 mois après pour le cours de crabe, durdur... Mais comme dirait PIAF, je ne regette rien. A l'époque, toutes ces écoles nous ont préparés à faire face. De retour dans la vie civile, nous étions appréciés pour notre travail, notre organisation et j'en passe. J'ai 66 ans et je pense souvent à tous ces moments à toute cette camaraderie, à cette promiscuité sur les bâteaux et puis et puis, DU BO, DU BON, DU MAUVAIS mais nous répondions toujours "PRESENT". Allez les amis TCHAO ou KENAVO et vive la MARINE.
65. Le 10-01-2006 à 19:14:37 par Jean Louis VENNE :
Bonjour et bravo pour ces souvenirs que j'ai vécus en 1959, tout y est bien décrit.
Tu pourrais ajouter: le racket de cigarettes dans les chio...
Amicalement.
Un ancien.
JLV.
66. Le 05-11-2005 à 18:47:41 par BOUTIER Pierre PERROS GUIREC 22700 :
Bonjour,
J'ai lu avec beaucoup d'intéret l'EAMF, il y a 50 ans les arpets, j'étais mécanicien BOUTIER Pierre 4A de la même promotion Que Mr Vasseur ayant le matricule 60t55, je n'ai rien à redire de son récit, je pourrai peut être en faisant appelle à mes souvenirs indiquer quelques précisions.
Je posséde le livre sur l'école avec les photos des compagnies mécaniciens armuriers torpilleurs, j'ai eu du mal à me reconnaitre, il est vrai que j'ai rajeuni de 50 ans
à +

67. Le 22-10-2005 à 07:02:15 par Courageaux anonyme :
Ces souvenirs commençaient à s'enfouir !
15 francs, 8 timbres, un bon de colis... nous étions heureux, on le savait, on n'a pas trop su transmettre cette simplicité à nos gosses ?

Merci pour ces petites émotions ...
68. Le 14-10-2005 à 11:27:03 par Michel RENAUD :
Matricule 340 T 55 Arrivé le 9 septembre 54 incorporé a la 4 A, sorti en 1 A pour embarquer sur le
Cdt de Pimodan à ORAN Je suis maintenant au CANADA depuis 35 ans.A la retraite,il m´arrive de penser aux Arpets , à la St-Nicolas et surtout à mes trois autres copains.Comment savoir s´ils sont toujours de ce monde?
A tout hasard,voici leurs noms:
Claude PET,Maurice SCIAUGUES,Ernest SIMON.

Merci les Amis,le temps a passé vite............Mais,il passe pour tout le monde!
Sans vouloir passer pour un`Fayot`,Un Beau salut du CANADA à toute la compagnie.

Michel RENAUD abouchard@distributel.net




 

Ajouter un commentaire
Je désire ajouter un nouveau commentaire pour cet article
Rechercher sur le site
Le plan du site
Section Doris de l'AGASM - Les Sous-Mariniers de Flandres-Artois
Les Officiers Mariniers des Hauts de France
Association "Un Sous-Marin à Dunkerque"
Nos reportages textes et photos - Nos Bases Picasa
Recherches - Témoignages
Bibliothèque - Maquettes - Vidéothèque - Presse - Sur la toile
Actualité - Cérémonies - Commémorations
AGASM et ses sections
AMMAC
La Marine Nationale
ACORAM - Section de Dunkerque
En souvenir de.
Offres d'Emploi
Derniers commentaires
14-10 : Sous-Marin Requin S 634 - Un Sous-Marin faisant partie... - BONS
09-10 : 2017 Samedi 23 septembre les membres de l'AMMAC de... - Bernard ALEXIS
09-10 : Les chiens mascottes des Sous-Marins - MARIN RENE
09-10 : 2017 Samedi 23 septembre les membres de l'AMMAC de... - André PECHARD
08-10 : 2017 Samedi 30 septembre Baptême du Centre de... - Alain CONNAN
Les billets les plus populaires
1. Sous-Marin Requin S 634 - Un Sous-Marin faisant partie de l'escadre de l'atlantique et basé à la BSM de Kéroman de Lorient
2. La base abri de Dunkerque de 1941 à 1958
3. Emeraude - Un Sous-marin Nucléaire d'Attaque - Le mercredi 30 mars 1994 un accident mortel sur le SNA
4. Les arpets, 50 ans après - Une école de la Marine Nationale.
5. Doris I - Tragédie du Sous-Marin disparu