Prochaine réunion : Assemblée générale amicale DORIS le 25 novembre 2017
2007 le mercredi 7 mai Les associations de Marins du Littoral Dunkerquois invitées sur le Bâtiment hydrographique de la Marine Nationale Borda en escale à Calais
article posté le 31-05-2007 à 22:07:22, par Jean-Luc DELAETER


 



Basé à Brest le Borda (A792) effectue des travaux hydrographiques au profit du SHOM(Service Hydrographique et Océanographique de la Marine).



Bâtiment particulier qui porte pour lettre d'identification A ce qui signifie Auxiliaire et blanc qui est la couleur de tous les bâtiments ayant la même charge.



Son équipage comporte une partie qui a pour fonction la conduite du navire et une autre composée d'hydrographes pour les travaux d'exploration.



En mission pour quelques jours sur le Littoral Nord il escale au port de Calais. Le mercredi 7 mai 2007, c'est à cette occasion que nous avons eu le grand honneur de répondre favorablement à l'invitation du Lieutenant de Vaisseau Martin PRIGENT, Commandant de cette unitée de surface.



Déplacement à pleine charge 980 tonnes



Longueur hors tout 59 mètres - Largeur 11 mètres



Tirant d'eau 4,15 mètres



Distance franchissable à 12 nœuds 6000 nautiques



Vitesse maximale 15 nœuds



Nombre de couchages 47



Autonomie en vivres 20 jours





 





Nous sommes au nombre de six lorsque nous franchissons la coupée, Jean-Marie DAMAREY , Paul TOUROUL de l'AMMAC, Philippe DUCROCQ, qui a servi outre-mer sur un bâtiment hydrographe mais plus petit et son épouse représentant l'Association des Officiers Mariniers de Nord-Artois, José VASSEUR et Jean-Luc DELAETER les Sous-Mariniers de Flandres-Artois de la section Doris de l'AGAS





C'est le moment de l'apéritf et il est servi dans la salle à manger ou nous sommes chaleureusement accueilli par le Lieutenant de Vaisseau Martin PRIGENT et l'Ingénieur Hydrographe Céline ROUX, la seule représentante féminine du bord. Nous profitons de ces instants pour faire connaissance tout en évoquant chacun notre tour notre carrière "Marine" et nous apprenons que le L.V. PRIGENT a servi dans l'arme Sous-Marine. Il ne saurait y avoir de visite sans un échange de cadeaux. Les Dunkerquois reçurent comme il se doit une tape de bouche du bâtiment et c'est lors de la découverte de son cadeau, une statuette de Jean Bart comme il se doit que le Commandant déclara avoir des attaches à Dunkerque.















En effet son grand-père était Monsieur Robert PRIGENT bien connu des Dunkerquois car il assuma de hautes responsabilités gouvernementales à la libération. Une place porte son nom à Dunkerque en face de l'église Saint-Jean Batiste.





Le repas qui suivit fut servi dans la plus pure tradition marine : "Le Commandant est servi" et l'énnoncé de chaque plat servi. Un service impéccable comme il se doit et qu'apprècient énormément les invités lors de coquetels à bord des navires.









Aprés le café.





Ce n'est pas parce que je parle mais parce que l'on voit tout le monde (ou presque, il manque le photographe...). C'est ensuite le moment de la visite qui débute par la passerelle. Elle divise en deux parties principales.





A babord la conduite de la machine. En effet ce bâtiment lors de son travail à des obligations d'allure à respecter. De ce poste on commande les moteurs, deux diesels SACM Wärtsilä UD30 RVR V12 M6 ainsi qu'un propulseur d'étrave. La propulsion se fait par deux hélices à pas variables, ce qui permet une manoeuvrabilité et une vitesse d'une grande précision. la conduite des moteurs.





Au centre , la place de l'homme de barre. Où est la barre à rayons ? Elle n'est plus qu'un minuscule joystick





A tribord, la conduite du navire. Elle est maintenant très assistée grace aux positionnements de différents satellites et d'autres aides à la navigaion très utiles tel que celui qui permet d'identifier un autre navire afin de savoir s'il ne va pas géner le travail. En effet un appareil permet d'identifier le navire, son port de départ, celui de destination, sa route et sa vitesse. Oui il faut savoir qu'un bâtiment hydrographe est un bâtiment qui explore les fonds dans les zones ou ceux-ci sont suceptibles de changer en raison des courants et c'est le cas pour la Manche et la Mer du Nord où les fonds sont sablonneux et où les bancs se déplacent en permanence. Lors de sa misssion il lui faut garder des routes et allures bien régulières et les nouveaux appareils remplacent trés avantageusement les nombreux veilleurs qu'il faudrait.





La visite se poursuit par la présentation; dans un des local de traitement; de deux trés beaux panneaux . L'un nous présente Mr Borda. C'était un mathématicien qui commença une carrière militaire dans le génie avant de devenir marin. Il entrepris de nombreux travaux sur les méthodes d'observation terrestre et l'usage des instruments de navigation. Trois bâtiments de l'Ecole navale ont porté son nom.





L'autre panneau nous explique comment travaille le bâtiment avec son sondeur au centre et deux appareils à la traine qui sont :une sonde magnétique et un autre appareil appelé "sonar" mais qui a la particularité de photographier le fond.





Ainsi, avec cet apppareil le Borda a pu constater que qu'une épave signalée sur la carte n'était plus visible, elle avait du être recouverte à la suite du mouvement du banc de sable, par contre une autre était apparue suite à ce même mouvement du banc. Deux cartes nous montrent les routes régulières suivies lors de l'exploration au dessus de la zone de recherche et le résultat après analyse. Les routes sont bien parallèles, et les couleurs des différents fonds bien apparentes.





Si les fonds ne permettent pas au Borda de travailler en toute sécurité ce sont deux vedette hydrographiques Phaéton et Macareux de 8 mètres en aluminium construites par le chantier naval allemand FASSMER, elles sont équipées du même matériel qui font le travail Les détails sur le site du SHOM







Ce sont des vedettes de type fluviales et leur tenue à la mer n'est pas leur qualité première. Les informations recueillies sont enregistrées puis transférées sur l'informatique du Borda. Dans l'autre partie du local un important matériel informatique qui sert au traitement des données. Il y a à bord plusieurs locaux pour le traitement et la production des cartes, tous contiennent beaucoup d'appareils informatiques.









Comme sur tous les navires il y a un B.S.I Bureau du Service Intérieur





Une infirmerie





Un local sécurité





Dans la tranche machine Il y a deux diesels pour la propulsion, rappellons que les hélices sont à pas variable.







Il y a également 3 génératrices 2 de secours sont dans un second local. Une panne d'électricité et le bateau ne sert plus à rien. On trouve également 2 gros groupes frigorifiques ou réfrigérants





Oui n'oublions pas que ce navire utilise énormément d' appareils électroniques qui produisent beaucoup de chaleur ce qui est leur premier ennemi et de l'air climatisé cela fait également du bien au personneL. Ces trois dispositifs différents sont commandés par un poste situé juste à côté.







Au pont au dessus des machines nous entrons dans l'espace vie . La coursive









dessert la cafétariat Officiers Mariniers,







la cafétariat équipage,







la cuisine, lieu où règne une très grande propreté.







la buanderie





la vitrine de la coopérative





Un pont au-dessus se trouvent les logements du Commandant et de l'Ingénieur Hydrographe





A l'heure ou notre visite se termine et que nous quittons le bord, l'équipe du pont avant réglé les aussières car le bateau est dans une parie du port qui subit la maréee.





Et ce n'est pas parce que ce n'est pas un bateau guerrier ; seules 2 mitrailleuses il y a toujours un factionnaire à la coupée.





Nous avons passé un très agréable moment à bord de ce navire et c'est rassuré que la marine que nous avons connu il y a déjà pas mal de temps continue dans ses traditions. Et nous sommes persuadés que le Borda est en de bonnes mains.



Le narrateur, José VASSEUR



Le photographe, Jean-Luc DELAETER



 





Toutes les photos sur notre journée passée sur le Borda



 





Le Borda sur le site officiel de la Marine Nationale


 
Pas encore de réaction

Soyez le premier à réagir sur cet article.

 

Ajouter un commentaire
Je désire ajouter un nouveau commentaire pour cet article
Rechercher sur le site
Le plan du site
Section Doris de l'AGASM - Les Sous-Mariniers de Flandres-Artois
Les Officiers Mariniers des Hauts de France
Association "Un Sous-Marin à Dunkerque"
Nos reportages textes et photos - Nos Bases Picasa
Recherches - Témoignages
Bibliothèque - Maquettes - Vidéothèque - Presse - Sur la toile
Actualité - Cérémonies - Commémorations
AGASM et ses sections
AMMAC
La Marine Nationale
ACORAM - Section de Dunkerque
En souvenir de.
Offres d'Emploi
Derniers commentaires
14-10 : Sous-Marin Requin S 634 - Un Sous-Marin faisant partie... - BONS
09-10 : 2017 Samedi 23 septembre les membres de l'AMMAC de... - Bernard ALEXIS
09-10 : Les chiens mascottes des Sous-Marins - MARIN RENE
09-10 : 2017 Samedi 23 septembre les membres de l'AMMAC de... - André PECHARD
08-10 : 2017 Samedi 30 septembre Baptême du Centre de... - Alain CONNAN
Les billets les plus populaires
1. Sous-Marin Requin S 634 - Un Sous-Marin faisant partie de l'escadre de l'atlantique et basé à la BSM de Kéroman de Lorient
2. La base abri de Dunkerque de 1941 à 1958
3. Emeraude - Un Sous-marin Nucléaire d'Attaque - Le mercredi 30 mars 1994 un accident mortel sur le SNA
4. Les arpets, 50 ans après - Une école de la Marine Nationale.
5. Doris I - Tragédie du Sous-Marin disparu